Guatemala

Semaine 32 – La beauté du Guatemala

Dimanche 3 février 2019

Réveil brutal à deux heures cette nuit. Des singes hurleurs sont tout près de nous. Leur cri nous glace le sang. Nous avons l’impression qu’ils nous entourent tellement le son vient de près. Cela dure au moins 15 minutes. Et après ce spectacle de son grandiose, il faut se rendormir. Nous avions souvent entendu les singes, mais c’était de très loin. Des sons que nos cerveaux ont enregistrés à tout jamais.

À notre réveil, nous sommes encore tout excités d’avoir entendu ces singes cette nuit. Après le déjeuner, nous partons vers le Biotopo del Quetzal à 153 kilomètres.

a.jpg

La route pour nous y rendre est en altitude avec des points de vue splendides.

b.jpg

Nous faisons un arrêt à Coban pour nous ravitailler un peu et nous poursuivons jusqu’à l’hôtel où nous pouvons dormir dans la van.

c.jpg

Sur le site de l’hôtel, il y a un sentier que nous pouvons emprunter pour nous rendre à une chute. Nous devons marcher durant une vingtaine de minutes avant de l’apercevoir. Wow !!! C’est magnifique, mais malheureusement elle n’est pas chaude comme à El Paraiso. Au contraire, elle est glacée.

d.jpg

e.jpg

 

Lundi 4, mardi 5 et mercredi 6 février 2019

Cette nuit, nous avons eu froid. La température est descendue à 9°. Je sais qu’au Québec vous êtes dans les moins 20°, mais pour ici, ce n’est pas normal. Les locaux nous ont dit que c’était le vortex de froid des États-Unis qui faisait descendre l’air froid si bas. Dans la journée, c’est très bien pour voyager et visiter.

Comme nous étions passés vite à l’automne, nous décidons d’arrêter de nouveau à Antigua. De plus, cette magnifique ville historique se trouve sur notre route. Prise deux à l’Hostal Antigüeño, c’est une auberge de jeunesse superbe et les propriétaires aussi sont très avenants. Nous devons faire 196 kilomètres pour y arriver. Mais le plus grand défi, c’est de traverser de nouveau la ville de Guatemala.

À la sortie des montaña del Quetzal, nous pouvons remarquer que le paysage devient de plus en plus désertique.

f.jpg

À l’automne, nous étions dans la fin de la saison des pluies et maintenant, ça fait plusieurs semaines qu’il n’a pas plu. Vive les grandes villes, encore une fois nous sommes pris dans les embouteillages.

g.jpg

h.jpg

Sortis de la ville, nous sommes à quelques kilomètres d’Antigua.

i.jpg

Pendant ces quelques jours passés ici, nous en profitons pour sillonner la ville dans tous les sens. Nous y découvrons plein d’endroits qui sont cachés.

j.jpg

k.jpg

l.jpg

m.jpg

De plus, nous profitons du fait que nous sommes en ville pour visiter de bons restaurants. La température est idéale le jour avec un ciel bleu qui nous permet de voir les volcans et les nuits sont fraîches.

n.jpg

Ça c’est la belle vie et ça nous fait oublier toutes les mauvaises journées passées aux douanes. Nous serons en formes pour passer de nouveau la frontière entre le Guatemala et le Mexique d’ici la semaine prochaine.

 

Jeudi 7 février 2019

Nous n’avons pas le goût de partir d’ici, nous nous sommes faits des amis, les propriétaires sont aimables et l’endroit nous donne de bonnes vibrations.

o.jpg

C’est peut-être l’effet mystique de cette ville historique ou des volcans qui nous entourent. Nous prenons la route de Quetzaltenango à 165 kilomètres d’Antigua.

Nous roulons sur une autoroute à deux voies de chaque côté qui n’est pas toujours impeccable. Ça nous fait penser aux autoroutes du Québec, beaucoup de crevasses et quelques nids de poule.

p.jpg

Par contre, le paysage est splendide. Nous pouvons apercevoir au loin les volcans San Pedro et Attitlan.

q.jpg

Comme c’est la saison des récoltes, les champs nous donnent un spectacle sublime de couleurs, vraiment beau le brun des champs récoltés, le vert des montagnes et des champs pas encore ramassés et le bleu du ciel.

r.jpg

Nous sommes toujours au centre du Guatemala donc en altitude, la température est confortable avec le soleil et 20° Celsius et les vues sont à couper le souffle.

s.jpg

À notre arrivé à Quetzatenango, nous apercevons une grande ville et nous nous mettons à tourner en rond dans le but de trouver l’endroit que nous avions trouvé sur iOverlander pour dormir.

t.jpg

Pas toujours évident, car le GPS ne nous donne pas toujours le bon endroit pour l’entrée. Nous finissons finalement par le trouver c’est un centre de prière et de retraite fermée. Nous serons bénis et protégés pour le reste du voyage.

À l’arrière de cet endroit se trouve un restaurant gastronomique où nous nous sommes régalés. Si vous passez par ici ne manquez pas d’y arrêter. Le nom c’est le Tertulianos au coin de la 5a Calle et de la 14 Avenida dans la Zona 3. De plus, le personnel est attentionné et amical.

 

Vendredi 8 février 2019

Ce matin, c’est le plus froid que nous avons eu depuis notre départ du Québec au mois de juillet, il fait 5° Celsius, par chance que nous avions acheté une couverture en laine à Antigua. Elle nous a été utile. Nous ne devions pas traverser la frontière aujourd’hui, mais nous ne trouvons pas d’endroit pour camper près de celle-ci. Nous sommes conscients que nous arriverons sur l’heure du dîner, mais nous réévaluerons à notre arrivée. À 150 kilomètres de la douane, nous partons vers 9 heures pour être assez tôt. Google nous mentionne 2 heures et demie qui se sont transformées en 3 heures et demie. C’est toujours comme ça, le passage des villes est de vrais sacs à surprise.

u.jpg

v.jpg

Nous arrivons aux douanes, il est 12 heures 45. Nous prenons une chance en souhaitant que tout se passe bien. Une fois traversé, nous avons trouvé un endroit à moins de 20 kilomètres ce qui est un peu moins inquiétant.

Voilà le cirque du passage aux douanes qui recommence. Pour ce qui est de sortir du Guatemala tout va bien. Il y a un plein de guides qui nous harcèlent pour nous aider à faire les démarches, même si nous leur disons que nous n’avons pas besoin d’eux, ils n’arrêtent pas. Nous passons à l’immigration pour sortir du pays, le douanier étampe nos passeports et ensuite à la SAT pour le TIP. Comme il nous a été mentionné, nous ne l’annulons pas, nous l’arrêtons temporaires. Comme ça si nous devons revenir au Guatemala, nous n’aurons pas le même problème que lors de notre entrée. Tout ça en moins de 30 minutes. Un des guides tente de nous soutirer de l’argent en disant qu’il nous avait aidés dans tout ce processus. Il faut les ignorer.

Nous voici Mexique. Ici encore les guides veulent nous aider ou nous soutirer nos pesos !!! Ici aussi ils connaissent l’adage qui dit «Pourquoi faire simple quand nous pouvons faire compliquer». Nous arrivons au bureau de l’immigration, le douanier nous demande combien de temps nous serons au Mexique. Si nous y sommes plus de sept jours, nous devons payer un visa de six mois 558 pesos chacun. Il demande de passer à la Banjercito pour payer. À la Banjercito, c’est aussi là que nous prenons le permis d’importation du véhicule. Nous lui demandons si nous pouvons le faire en même temps. NON, il faut terminer l’immigration et retourner au bureau d’où nous venons. Une étape de terminer.

Retour à la Banjercito pour le TIP, le préposé doit venir voir le véhicule. Ensuite, il doit demander au douanier d’inspecter le véhicule pour autoriser le passage dans le pays. Comme aux autres places, nous avons besoin de photocopies que nous devons aller faire dans un dépanneur dans le village voisin quand nous voyons un immense photocopieur juste en arrière du préposé à la Banjercito. Mais il faut garder le sourire. Pendant que j’attends Nathalie qui est partie faire les photocopies, le douanier qui a autorisé que le véhicule entre dans le pays sans le voir, m’amène à l’écart et me demande si je parle espagnol et je réponds un peu. Il me dit que comme il n’a pas fouillé le véhicule, je devrais lui donner un pourboire. Tout d’un coup, je parle moins espagnol et lui dis que je ne comprends pas ce qu’il veut. Il me fait un signe de dollar et je lui dis que je n’ai qu’une carte de crédit. Il me dit de me faire faire du change quand je vais aller faire les photocopies et soudain Nathalie arrive avec les photocopies. Il dit : « laisse faire et va-t’en ». Toujours bon d’être innocent un peu.

Après une heure et demie à la douane du Mexique pour un total de deux heures pour le passage d’un pays à l’autre, c’est le temps qu’il faut allouer sauf quand il nous arrive des problèmes.

Une bonne bière froide en arrivant au restaurant où nous dormirons pour notre première nuit au Chiapas, Mexique.

 

Samedi 9 février 2019

Notre destination première au Chiapas sera Puerto Arista, village côtier sur le Pacifique avec une plage à perte de vue. Pour nous y rendre, nous devons rouler pendant 248 kilomètres, mais sur une vraie autoroute à une vitesse de 90 kilomètres à l’heure. Ça faisait longtemps que la Luna y Sol n’avait pas roulé à cette vitesse. Quand même plus de trois heures de route. Nous nous rapprochons de la côte ouest rejoindre la chaleur. Ça fait quand même un bon bout que nous n’avons pas côtoyé cette chaleur tropicale. Aujourd’hui, 38° Celsius sans le facteur humidex. Nous préférons ne pas le savoir.

En route, nous suivons la chaîne de montagnes du Parque Natural El Triunfo c’est époustouflant.

w.jpg

Un autre village où il y a déjà peut-être eu beaucoup de touristes et ils espèrent en avoir d’autres. Il y a beaucoup de bâtiments en décrépitudes, peut-être dû à des tempêtes tropicales, et beaucoup de nouvelles constructions.

x.jpg

Nous étions heureux de pouvoir admirer de nouveau le merveilleux coucher de soleil dans le Pacifique.

y.jpg

z.jpg

Bonne semaine.

 


Vous êtes plus du type visuel? Nous avons créé une carte pour montrer notre chemin parcouru depuis le départ. Allez y jeter un coup d’œil!


Ne manquez rien de nos aventures!

Cliquez ici pour recevoir nos articles dès qu’ils sont écrits!


 

Catégories :Guatemala, Mexique

7 réponses »

    • Bonjour,
      Nous sommes à Tuxtla Gutierrez au Chiapas. Nous devrions être à Palenque les 15/16. Ensuite, direction les Caraïbes jusqu’à la deuxième semaine de mars.
      Nous vous trouvons très braves, car nous roulons sur les mêmes routes. Souvent il n’y a pas d’accotement et les gens roulent vite.
      Attention à vous et on se voit peut-être sur la côte est.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s