Costa Rica

Semaine 23 – Semaine de repos

Dimanche, lundi, mardi, mercredi et jeudi 2, 3, 4, 5 et 6 décembre 2018

Comme mentionné samedi dernier nous devions avoir le moustiquaire réparé mercredi ou au plus tard jeudi. Nous l’avons eu jeudi en milieu d’après-midi et nous décidons de passer une dernière nuit au camping. Cela nous donne le temps pour installer le moustiquaire.

La semaine a quand même passé rapidement et comme je n’avais rien à faire j’ai décidé d’avoir le rhume. Eh oui, même ici il y a des virus et encore plus que chez nous, car souvent l’hygiène est limite. À ne rien faire et à la chaleur, le rhume passe mieux.

a.jpg

Dimanche, nous pensions vivre une autre tempête tropicale comme dans le Yucatan en début octobre. Les vents étaient violents et le ciel noir à perte de vue. Tout a fini par se calmer en début de soirée.

b.png

Nous avons fait une autre tentative pour nous rendre à l’île, après une marche de plus de sept kilomètres nous avons dû rebrousser chemin, car il y avait encore trop d’eau pour traverser. Je ne suis pas sûr que ça passe au sec ou ça doit dépendre des marées.

c.jpg

Nous avons aussi assisté à la fin d’une démonstration d’habileté en moto. Le motocycliste sur la plage sautait par-dessus trois personnes couchées sur le sable. Tout ça sans rampe pour sauter par-dessus.

d.jpg

e.jpg

Nous en profitons aussi pour faire un peu de magasinage dans les boutiques, mais finalement c’est toujours la même chose qu’ils vendent dans ces boutiques. Quelques-unes sont authentiques et vendent des choses qui sont fabriquées ici, mais la plupart c’est des souvenirs «Made in Japan».

f.jpg

Nous avons assisté à une parade de vautours. Ils se promenaient devant nous les ailes grandes ouvertes comme s’ils étaient en train de les faire sécher.

g.jpg

h.jpg

De plus, nous avons eu le temps de nous faire de nouveaux amis. Ils sont venus passer une partie de l’après-midi avec nous. Nous pensions que c’étaient des chevaux sauvages, mais le propriétaire du camping nous a dit que c’étaient des chevaux qui appartiennent à des personnes, mais quand ils n’en avaient pas besoin, ils les laissaient aller brouter dans le village.

i.jpg

Mais le plus important de la semaine c’était de se reposer et nous l’avons fait. Le paysage est merveilleux et les levers du soleil sont magnifiques.

j.jpg

k.jpg

L’eau et la plage de Samara font partie des plus belles plages que nous avons visitées jusqu’à maintenant.

l.jpg

Finalement, nous l’avons eu le fameux moustiquaire. Ce n’est pas tout à fait ce nous voulions comme réparation, mais comme on dit chez nous « Ça va faire la job ».

 

Vendredi 7 décembre 2018

Ce matin, nous partons enfin pour visiter la péninsule de Nicoya. Nous commençons par nous rendre à la ville de Nicoya à 70 kilomètres pour faire le plein d’essence et faire un peu d’épicerie. Il y a beaucoup de monde dans cette ville et beaucoup de trafic.

m.jpg

Par la suite, nous continuons notre route vers le sud-ouest en direction de Malpais. Le Costa Rica jusqu’à maintenant est un pays propre. Nous ne croisons pas de montagne de poubelles comme nous avons vu dans les autres pays. Peut-être les gens sont plus sensibilisés à la pollution.

La route est asphaltée jusqu’à Playa Naranjo et par la suite, nous entrons dans un immense chantier routier jusqu’à Paquera. De la poussière en veux-tu en v’là. Nous roulons entre les travailleurs et les machineries.

n.jpg

Pas vraiment agréable.

Après plus de 40 minutes à rouler dans cette poussière, nous trouvons un camping sur le bord d’une baie à Pochote. Nous nous installons et tout à coup nous entendons des cris stridents. Nous apercevons des dizaines de perroquets.

o.jpg

C’est super de voir autant d’oiseaux que nous sommes habitués de voir en captivités.

 

Samedi 15 septembre 2018

Aujourd’hui, nous avons trouvé un hôtel à Malpais dont les chambres sont situées dans la canopée. Il est mentionné sur le site que nous pouvons y observer les animaux du balcon. Après avoir roulé 35 kilomètres, dont dix, dans une route exécrable et de la poussière, nous arrivons à cet hôtel. Nous nous informons s’il y a une chambre de libre et la dame nous répond seulement demain.

La rue du village de Malpais n’est pas asphaltée ce qui fait que tout est poussiéreux.

p.jpg

Nous décidons de ne pas passer une nuit dans cette poussière. Nous trouverons surement un autre endroit semblable à celui-là.

Nous rebroussons chemin en direction de Paquera d’où nous prendrons un bateau pour traverser à Puntarenas. Pour nous y rendre, nous devons encore faire le chemin de brousse et de poussière. Nous sommes à 70 kilomètres de Paquera.

À notre arrivée, nous sommes surpris de voir un grand ferry, car depuis quelque temps les ferrys que nous avons pris étaient assez primitifs.

q.jpg

La traversée a duré environ une heure et quart. Pour la première fois au Costa Rica, nous avons pu observer qu’ici aussi il y en a de la pollution. Durant la traversée, nous avons vu dans la baie de grandes quantités de plastique flottant, c’est très triste de voir ça. Le voir dans les médias on ne peut pas imaginer qu’il y en a autant.

Bonne semaine.

 


Vous êtes plus du type visuel? Nous avons créé une carte pour montrer notre chemin parcouru depuis le départ. Allez y jeter un coup d’œil!


Ne manquez rien de nos aventures!

Cliquez ici pour recevoir nos articles dès qu’ils sont écrits!


 

Catégories :Costa Rica

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s