Costa Rica

Semaine 22 – Pura vida au Costa Rica

Dimanche 25 novembre 2018

Aujourd’hui, encore une autre frontière à passer. Nous ne devenons jamais bons, car chaque endroit est différent. Nous avons même lu que d’une douane à l’autre dans un même pays les règles pouvaient être différentes. Le mot d’ordre au passage des douanes, c’est de rester calme et de garder le sourire. Nous avons plus de 40 kilomètres à parcourir pour nous rendre à la douane Penas Blancas, qui relie le Nicaragua au Costa Rica.

Pour s’y rendre, la route est très belle et peu achalandée malgré que nous approchons de la frontière. À notre arrivée, nous apercevons une lignée de camion en attente pour traverser la douane.

a.jpg

Nous commençons à comprendre le système, il y a une douane pour le transport et une autre pour les touristes. Donc, nous passons en avant des camions même si quelques fois nous nous faisons klaxonner, nous les ignorons.

Encore une fois à l’approche de la barrière, nous croisons des supposer guides qui sont là pour nous aider à traverser la douane. Jusqu’à maintenant, ils avaient toujours été corrects, même si plusieurs voyageurs nous ont dit que nous ne sommes pas obligés de les prendre. Mais celui-là s’est repris pour tous les autres. Il me dit comme tous les autres que traverser au Costa Rica ne coûte rien !!! Nous sommes vraiment contents, car depuis le début, nous avons toujours payé. Nous avançons au guichet de l’immigration. Là, il me dit que si je lui donne 20$USD nous sauveront du temps, car c’est un pourboire pour le douanier qui va nous éviter de tout fouiller la Luna y Sol. C’est correct que je me dis.

Cela fait, il me mentionne que nous devrons passer montrer le document signé par le douanier aux policiers qui eux vont officialiser en signant que tout est conforme. Mais, si nous payons 20USD par policier, il y en a deux, nous éviterons la file d’attente au scanneur. Nous commençons à percevoir l’arnaque, mais nous sommes dans le processus et c’est compliqué de se débarrasser de lui. Nous lui offrons 20$USD pour les deux et il ne démord pas en me disant qu’il demandera aux policiers de me fouiller. Est-ce vrai ou faux ? Nous ne prenons pas le risque !!! Et pour terminer, il me demande de le payer pour les services qu’il m’a rendus.

Ce qui nous fait croire que nous avons eu affaire à un truand, c’est que comparativement aux autres endroits, il nous a mal conseillés. Pour l’estampillage des passeports, il nous dit que je peux y aller tout seul. J’attends en ligne et une fois rendue au guichet le douanier me demande où est mon épouse, je lui dis qu’elle est restée dans le véhicule. Il me mentionne qu’elle devra revenir pour faire estamper son passeport. Par chance, quand vous êtes gentil et souriant, vous êtes toujours récompensé. Après avoir rempli ma déclaration, il me fait signe de lui montrer où est mon véhicule parce qu’il va venir voir Nathalie au lieu de lui faire faire la queue. Il faut dire que la majorité des gens ne sont pas des truands.

Nous voilà enfin sorties du Nicaragua en nous disant que c’était la dernière fois que nous prenons un guide pour traverser la douane. Pas aussitôt arrivés au Costa Rica, les requins mentionnaient mon nom pour m’aider à passer au Costa Rica. Malheureusement, ils n’ont eu aucune chance. La différence d’avoir un guide ou non est que vous devez poser des questions pour savoir à quel comptoir vous devez aller pour les documents. Mais tout le monde est gentil et vous indique où aller. Ç’a pris une heure et demie pour entrer au Costa Rica, même temps qu’avec un guide. Et voilà, il faut juste osez !!!

Pura Vida, c’est une expression locale du Costa Rica qui peut se traduire par : «Profiter des richesses qu’offre la vie».

b.jpg

C’est probablement pour ça qu’il y a beaucoup de territoires protégés ici où nous trouvons les animaux dans leurs habitats naturels. Notre premier arrêt, après les toujours stressantes douanes, est à La Cruz. Ce qui avait l’air au départ d’un village comme les autres nous a offert tout un spectacle. Nous trouvons un restaurant pour dîner et nous remettre de nos émotions, sur le patio la vue était… nous n’avons pas de mots pour la décrire.

c.jpg

Même la photo que nous mettons ne donne pas l’effet WOW que nous avons eu. La vie fait toujours en sorte de nous faire oublier ce qui n’a pas bien été. Il faut juste prendre le temps !!!

Nous nous rendons à la Bahia Cuajiniquil, c’est un vrai paradis sur terre.

d.jpg

Mais le prix pour coucher est vraiment exorbitant. Nous trouvons un resto-bar sur la route Pan American où nous passons notre première nuit au Costa Rica. Nos hôtes Edward un Hollandais et Wilma une Nicaraguayenne sont très sympathiques.

 

Lundi 26 novembre 2018

Pendant que nous déjeunions, nous enttendons Edward nous dire de venir vite, qu’il y a un iguane immense dans l’arbre en face du resto. Nous partons en pyjama, traversons la route et nous rendons sur le pont pour admirer ce magnifique iguane qui doit faire au moins deux mètres de longueur.

ee.jpg

C’est le point jaune au centre de la photo, nous n’avons pas l’appareil pour faire ces photos-là. Nous sommes vraiment ailleurs !!! Ensuite, il nous fait faire un tour sur le bord de la rivière pour nous montrer la maison du crocodile.

Par la suite, nous partons pour la ville de Liberia située à 25 kilomètres. Nous avons des commissions à faire et nous en profitons dans les villes, car il est plus facile de trouver. Liberia est une ville moyenne où il y a beaucoup de commerce de toute sorte et même un Walmart, McDo, PFK, Burger King, etc. Nous réussissons à tout trouver et même plus. Après avoir passé quelques heures à nous promener dans les rues, nous trouvons un resto pour assouvir notre appétit avant de nous rendre au camping que nous avons trouvé un peu avant la ville.

Les campings ce n’est pas très populaire ici. L’endroit était identifié comme un RV Park, mais tout est délabré.

f.jpg

Nous avons l’impression que ça fait longtemps qu’ils n’ont pas eu de campeur. Et en plus le prix est assez élevé pour le service qu’il nous donne. Les toilettes sont très basiques et la douche il a ouvert quatre douches avant d’en trouver une qui fonctionnait. Mais bon c’est pour une nuit.

 

Mardi 27 novembre 2018

Aujourd’hui, nous allons vers les touristes. Notre destination : Tamarindo à 77 kilomètres de Liberia. Tamarindo est la plage des surfeurs. Il semblerait qu’il y a les plus belles vagues pour pratiquer ce sport. Nous irons le constater par nous-mêmes.

Contrairement au Nicaragua que nous venons de quitter, ici tout est touriste. Sur la route qui sépare Liberia de Tamarindo, nous croisons l’aéroport international Daniel Oduber Quiros. Tout ce qui se trouve alentour de l’aéroport est en plein développement. Tellement que ça ressemble à chez nous, mais avec des palmiers.

Tous les villages que nous passons sont en mode touriste.

g.jpg

De plus, la circulation y est assez dense jusqu’à Tamarindo. Arrivées à notre destination, nous croyions que c’était une ville, mais ce n’est pas grand et tout est concentré à la même place. Nous réussissons à trouver le camping qui est une auberge de jeunesse qui offre quelques endroits pour camper.

h.jpg

Pas plus de deux ou trois campeurs, car le stationnement est petit. Nous sommes bien situés à moins de dix minutes de marche de la rue principale et de la plage.

Maintenant, à la découverte de ce paradis !!!

i.jpg

Nous trouvons une magnifique terrasse où nous pouvons admirer le paysage et nous désaltérer.

j.jpg

Nous terminons notre journée en marchant sur la plage en regardant les surfeurs se laissant flotter sur les vagues du Pacifique.

 

Mercredi 28 novembre 2018

Aujourd’hui, nous nous reposons de rouler. Mais pas de marcher, car nous partons avant le dîner pour la playa.

k.jpg

Nous découvrons un autre restaurant sur la plage pour dîner.

l.jpg

Ensuite, nous nous trouvons un endroit pour passer le reste de l’après-midi sur la plage à nous baigner et profiter du soleil. Mais en route pour notre bout de plage, nous rencontrons un marais. Où toute une surprise nous attend. Eh oui !!! Nathalie voit son premier crocodile en chair et en os à moins de douze pieds d’elle.

m.jpg

Depuis que je lui dis que nous pouvons voir des crocodiles, elle est toujours craintive. Là c’est fait.

Nous passons le reste de l’après-midi jusqu’au coucher du soleil sur la plage avant de retourner à notre maison.

n.jpg

 

Jeudi 29 novembre 2018

Nous avons prévu nous rendre à Samara aujourd’hui.

o.jpg

En demandant la route à notre hôte à l’hostel, il nous conseille de nous arrêter à Ostional. Présentement, c’est la période où les tortues vont déposer leurs œufs sur la plage. Nous voilà en route pour Ostional.

La moitié de la distance des 60 kilomètres à parcourir est asphaltée. Par contre, l’autre moitié est sur une route de gravier pour les derniers 30 kilomètres.

p.jpg

Nous pensions que la route longe la côte d’après la carte routière, mais nous sommes dans la forêt et les montagnes tout le long.

q.jpg

Arrivée à Ostional, un petit village de quelques maisons. Il doit y avoir des milliers de touristes venues admirer les tortues géantes. Il y a des guides partout qui vous sollicite. Nous trouvons un camping pour dormir où nous devons prendre le guide pour aller sur la plage voir les tortues.

Notre tour guidé est à quatre heures. Nous partons avec un groupe de touriste pour nous rendre à une plage à quelques kilomètres de l’endroit où nous campons. À notre arrivée, nous pouvons voir quelques tortues qui sont en train de sortir de l’eau, de préparer leur nid, de pondre ou de retourner à l’océan.

r.jpg

s.jpg

t.jpg

u.jpg

v.jpg

Tout ce processus dure 40 minutes. Les tortues semblent travailler tellement fort pour se rendre dans le sable.

Nous avions déjà vu des reportages de tortues géantes à la télévision, mais le voir en réalité c’est magique. C’est fou tout ce qu’on peut voir !!! Ouf nous n’avons plus de mots.

 

Vendredi 30 novembre 2018

Après une fin de journée mémorable, nous nous disons chaque fois que c’est ce qu’il y a de plus beau que nous avons vu. Mais non, nous découvrons toujours de nouvelles choses tous les jours. Notre but aujourd’hui c’est de nous rendre à Samara. Ce n’est pas vraiment loin 32 kilomètres, mais nous empruntons la route non pavée. Donc environ une heure dix minutes.

Avant de partir et de prendre cette route, nous nous informons auprès du propriétaire du camping où nous avons couché de l’état de la route. Surtout que cette nuit il a plu. Il nous mentionne qu’il n’y a pas de problème sauf que nous devrons changer de route les dix derniers kilomètres, car il y a un pont qui est parti et il n’a pas été réparé.

Ça part bien en sortant du village de Ostional nous rencontrons une rivière.

w.jpg

Nous allons sonder la profondeur, elle a environ 30 centimètres de profondeur. Nous nous lançons dans la rivière avec la Luna y Sol ça fait spécial de traverser des rivières nous ne faisons pas ça chez nous.

Quand nous sortons des routes principales pour rouler sur les routes secondaires au Costa Rica, nous nous sentons vraiment ailleurs. Premièrement, c’est plus propre que les autres pays de l’Amérique Centrale et nous croisons des animaux sauvages. Nous avons rencontré deux coatis et vu quelques serpents qui s’étaient fait écraser. Les ponts sont étroits nous devons passer un véhicule à la fois.

x.jpg

Très dépaysant comme expérience.

Nous voilà enfin arrivées à Samara.

y.jpg

Le village est joli et la plage est magnifique. Nous nous installons dans un camping pour au moins deux jours.

z.jpg

 

Samedi 1er décembre 2018

De l’endroit où nous restons, nous pouvons voir une plage à côté d’un monticule. Nous demandons à notre hôte si ce bout de plage est accessible par la plage et il nous dit que oui. Donc ce matin c’est notre défi se rendre à cette plage. Avant de partir, nous avons trouvé, voisin du camping, un endroit qui fait des réparations de vêtements. Nous allons nous informer s’il pourrait réparer notre moustiquaire qui est brisé depuis un bon moment. Le gars nous dit de repasser en fin de journée qu’il aura une réponse de la couturière à ce moment.

Nous voilà partis pour la plage. Nous ne pensions pas que c’était aussi loin. Nous avons marché 3,5 kilomètres et nous ne sommes pas encore rendus.

za.jpg

De plus, notre hôte avait oublié de nous dire que nous ne pouvons pas passer à la marée haute. Nous avons tout de même découvert un bout de plage superbe.

zb.jpg

Retour au camping où nous passons le reste de la journée à ne rien faire. C’est ça aussi les voyages ne rien faire, juste regarder passer le temps.

Finalement, la couturière pourra réparer notre moustiquaire, mais nous devrons rester dans ce paradis jusqu’à mercredi ou au plus tard jeudi. Pas facile la vie !!! Pura Vida.

Bonne semaine.

 


Vous êtes plus du type visuel? Nous avons créé une carte pour montrer notre chemin parcouru depuis le départ. Allez y jeter un coup d’œil!


Ne manquez rien de nos aventures!

Cliquez ici pour recevoir nos articles dès qu’ils sont écrits!


 

Catégories :Costa Rica, Nicaragua

3 réponses »

  1. C’est toujours un réel plaisir de vous suivre, mais j’ai une question quand vous allez revenir allez vous repasser par toutes ces douanes?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s