Belize

Semaine 15 – De retour sur la route!

Dimanche 7 octobre 2018

Nous quittons le luxe ce matin pour retrouver la Luna y Sol qui est demeurée deux semaines dans la rue de Playa del Carmen. Tout s’est bien passé, rien de cassé ou de voler. Pour ceux qui ont peur des Mexicains, vous devrez vous excuser. Nous avons trouvé plus dangereux de se promener dans le pays de nos voisins du sud, ces chers amis américains. Même si nous sommes contents de retrouver la Luna y Sol, après deux semaines de vie en condo en ayant une routine ç’a fait vraiment du bien.

Le ciel est lourd et gris. Il pleut un peu donc nous passons la course. Nous rangeons tôt, car nous voulons profiter de la journée et faire un tour à Tulum question de nous rappeler des souvenirs de ce printemps. Sur la route vers Tulum, le ciel est noir et la pluie tombe de plus en plus fort. Arrivés sur le bord de l’eau, nous voyons la mer se déchaîner et l’eau est si haute qu’il n’y a plus de plage.

a.jpg

Le ciel est noir et les vagues sont immenses. Qu’est-ce qui se passe ? Une tempête probablement !!!

b.jpg

Nous décidons de partir vers le sud, étant donné la température, peut-être que là-bas il fera plus beau. Il nous avait été recommandé d’arrêter à Bacalar, que c’était là qu’il y avait les plages les plus belles et la couleur de l’eau à perdre le souffle. Nous voilà partis pour Bacalar. En route, la pluie continue de tomber parfois forte et parfois moins forte. Comme le temps est exécrable, nous décidons de prendre un hôtel dans le centre-ville de Bacalar.

Lorsque nous réservons l’hôtel, nous faisons part à la personne qui nous enregistrait de la température. Il nous dit que c’est le début de la tempête tropicale Michael qui poursuit sa route vers le nord. Là, nous avons compris pourquoi la mer était aussi agitée et aussi haute. Nous avons assisté pour la première fois dans notre vie à la naissance d’une tempête qui sera sans aucun doute dévastatrice pour certains. Nous souhaitons qu’elle ne soit pas mortelle.

 

Lundi 8 octobre 2018

Quand nous partons courir ce matin le soleil est de retour. Ça faisait quelques jours que nous ne l’avions pas vu. Les derniers jours à Playa del Carmen étaient gris et pluvieux. Ça faisait du bien de le revoir.

c.jpg

Nous avons couru jusqu’à l’eau avant de revenir déjeuner à l’hôtel. Nous mettons le cap vers Chetumal pour notre dernière journée au Mexique, car demain nous passons au Belize.

J’avais trouvé un camping sur le bord de la mer des Caraïbes dans la ville de Chetumal.

d.jpg

Pour notre première nuit à dormir dans la van depuis un long moment ce sera magnifique. Nous nous y rendons et il n’y a personne. Nous visitons un peu la ville de Chetumal,

e.jpg

prenons une marche sur le bord de l’eau, dînons, par la suite nous y retournons et il n’y a toujours personne. Encore la base saison, tout n’est pas ouvert au Mexique. Nous trouvons un autre endroit pas très loin des douanes et une autre fois nous nous rivons le nez sur un site fermé. Finalement, nous passerons la dernière au Mexique à l’hôtel.

 

Mardi 9 octobre 2018

C’est toujours stressant de passer les douanes d’un nouveau pays. Nous avons toujours peur de ne pas dire la bonne chose et de nous faire refuser l’accès au pays. Nous avons trouvé une Banjercito, pour remettre le permis temporaire d’importation de véhicules, dans la ville de Chetumal pas très loin de l’hôtel. La préposée nous dit qu’il y en a une Banjercito à la douane que c’est là que je pourrai le remettre.

En route pour la douane. Pour réussir à sortir, nous devons passer à travers plusieurs étapes. Ouf !! Pas facile. Là, nous le pratiquerons l’espagnol.

f.jpg

Première étape, nous devons remettre les visas de visiteurs. Tout se passe bien, le gars étampe nos passeports et en terminant il nous dit qu’il y a une taxe à payer pour sortir du pays. Ça m’a tenté de lui dire que nous rester toujours ici. 533 pesos mexicains chacun pour un grand total de 1066 pesos.

Deuxième étape, le permis temporaire d’importation de véhicules. Nous stationnons la Luna y Sol et rentrons à l’intérieur de la Banjercito. La fille au comptoir me demande si je suis avec mon véhicule et si oui, elle doit sortir le voir. Elle prend une photo du numéro de série et enlève la vignette dans le parebrise. Bonne nouvelle ici ça coûte rien, je vais plutôt avoir un crédit du dépôt que j’avais payé à l’entrée au Mexique à la douane de Tijuana. 7500 pesos mexicains en crédit sur la carte de crédit.

g.jpg

Troisième étape, nous avons quitté le Mexique et nous faisons notre entrée au Belize.

h.jpg

Nous arrivons à une installation qui ressemble à un lave-auto.

i.jpg

Le préposé nous demande de lever les fenêtres, de passer lentement dans le bidule et de nous arrêter au kiosque suivant pour payer la fumigation. 100 pesos mexicains.

Quatrième étape, bureau d’immigration du Belize. Comme nous sommes meilleurs en espagnol, nous partons pour un pays anglophone question de se pratiquer un peu !!! Des guides nous font signent de nous stationner pour poursuivre. Un des guides nous spécifie que nous devons nous présenter à l’intérieur pour remplir une demande de visa de touriste. Après avoir rempli ce document, nous passons au douanier pour vérification des passeports et les raisons pour lesquelles nous venons au Belize.

Cinquième étape, un autre douanier nous attend pour un transit pour le véhicule. Il nous demande combien de temps et je lui dis plus au moins une semaine. Il me fait un transit de sept jours, pas plus. De plus, quand je lui mentionne que nous nous en allons au Guatémala, il me demande si je vais passer par ici. Je lui réponds que non. Là, je l’ai mêlé !!! Il a fallu qu’il aille voir sa superviseuse pour savoir quoi faire. Finalement, il a écrit un roman dans le passeport pour spécifier que je devais sortir dans sept jours à la douane de Benque Viejo del Carmen. Après il me montre le bureau d’assurance de l’autre côté de la rue à la sortie de la zone douanière. Nous retournons au véhicule et notre ami guide est toujours là et je me dis qu’il doit vouloir un pourboire, ce que je fais. Il me montre ensuite l’écriteau sur la clôture où il est écrit que je dois payer 30 belizean pour le stationnement. Méchante arnaque !!!

Sixième étape, nous passons le véhicule aux douanes. Ils sont trois douaniers qui nous posent des questions, où nous allons combien de temps et surtout si nous transportons de la viande, des fruits et des légumes. Pour ce qui est des questions d’où nous allons et combien de temps, ça fait trois fois que nous y répondons !!! Nous commençons à la savoir où nous allons. Et une autre étape de terminer.

Dernière et surtout la moins stressante, les assurances. Nous entrons et le préposé nous demande combien de temps. Je lui dis une semaine et en moins de deux il fait les papiers, photocopie les enregistrements du véhicule, mon permis de conduire, mon passeport et je paie le tout. Nous sommes prêts à partir pour le Belize.

Nous voilà au Belize, la route n’est pas trop large, mais elle est asphaltée.

j.jpg

Le paysage change un peu. Les maisons sont plus grandes et plus éloignées les unes des autres. Nous voyons moins de déchets sur le côté de la route.

k.jpg

Premier arrêt, un épicerie, restaurant et station-service à Corozal Town. Le prix de l’essence au Belize est très cher. Pour un galon américain, c’est environ 11,00 belizean, ce qui fait environ 1,90$ canadien du litre.

Nous continuons notre route jusqu’à Crooked Tree Wildlife Sanctuary.

l.jpg

m.jpg

Le propriétaire de l’endroit où nous couchons se nomme Earl. Nous discutons avec lui en espagnol du Belize. Il nous mentionne que la population n’est pas élevée soit environ 300 000 habitants qui se composent d’Anglais, d’Espagnols, d’Haïtiens, de Garifunas et de Chinois. Il nous dit que l’économie du Belize est basée sur le tourisme, le citron, la canne à sucre et quelques autres fruits qui sont exportés aux États-Unis et en Europe.

 

Mercredi 10 octobre 2018

Nous nous levons de bonne heure, étant donné que nous avons changé de fuseau horaire en changeant de pays.

n.jpg

Après le déjeuner, nous ramassons nos choses. La température au Belize est très chaude et surtout très humide. Nous étions aussi trempés que si nous venions de sortir de la douche. Aujourd’hui, destination Belize City où nous comptons visiter un peu la ville.

o.jpg

À notre arrivée sur l’heure du dîner, nous trouvons un endroit charmant sur le bord de la mer des Caraïbes.

p.jpg

q.jpg

Ouf !!! Il fait vraiment chaud et en plus, nous sommes sur le bord de l’eau. Nous passons le centre-ville dans la Luna y Sol et décidons de se rendre à l’endroit trouvé pour coucher.

Nous nous rendons à Old Belize Marina. Nous pouvons nous installer pour la nuit et nous avons tous les installations nécessaires.

r.jpg

Sur l’heure du souper arrive un West qui se stationne à côté de nous et les personnes nous demandent où aller s’enregistrer. L’office est déjà fermé et nous leur offrons de laisser la clé des douches à l’extérieur de la Luna y Sol. Nous faisons connaissance avec eux. Le garçon vient de l’Angleterre et la fille de la Colombie-Britannique et ils s’en vont jusqu’en Argentine à la Terre de Feu. Toute une surprise !!!

 

Jeudi 11 octobre 2018

Le soleil se lève et la chaleur s’installe, nous décidons de partir pour les montagnes en espérant que la température sera moins chaude et humide. Nous mettons le cap sur Belmopan la capitale du Belize. Comme Belize City, Belmopan est en train de se faire une beauté.

s.jpg

Il y a beaucoup de construction de routes et de commerces. Ce pays, comme le Mexique, semble en émergence.

Nous poursuivons vers le Pine Ridge Forest Reserve, où nous avons trouvé un endroit pour dormir. La route pour s’y rendre n’est pas asphaltée. Je me suis aperçu qu’il y avait seulement les routes principales qui traversent le pays du nord au sud et de l’est à l’ouest qui était asphalté. Nous roulons pendant une heure pour nous rendre à une vitesse moyenne de 10 kilomètres à l’heure. Ça brasse dans la cabane.

t.jpg

Le propriétaire un Anglais est très sympathique. Nous discutons avec lui en espagnol sur l’heure du souper et il nous fait faire un tour du propriétaire. Il possède sur le terrain des poules, un mouton-chèvre, résultat du croisement d’un mouton et d’une chèvre, un troupeau de pintade et des chiens. Cet endroit est nouveau, il a fait seulement une saison. Tout est bien pensé les cabanas, les aménagements paysagers, le restaurant et il y a même une rivière qui passe sur le bord du terrain.

u.jpg

v.jpg

w.jpg

x.jpg

Vraiment beau. Il n’y a qu’un défaut, les moustiques !!! Ils ne vous lâchent pas ç’en est désagréable.

 

Vendredi 12 octobre 2018

Ce matin, nous allons à la chute Big Rock qui n’est pas très loin de l’endroit où nous avons couché. Après près de 30 minutes de chemin exécrable où nous croisons un hôtel renommé qui a accueilli des vedettes internationales tel Frank Ford Coppola. Nous arrivons au stationnement de la chute. Il y a un sentier pour s’y rendre. Nous avons environ 5 minutes de marche à faire. Nous avons descendu des escaliers qui ne répondent pas aux normes canadiennes du code du bâtiment pour y découvrir un endroit magnifique.

y.jpg

Nous retournons vers la Luna y Sol.

Nous pensions aller aux ruines Caracol, mais comme il annonce de la pluie et que la route n’est pas très belle nous changeons d’idée. J’ai lu que lors de la saison des pluies, il était préférable d’avoir un 4X4 pour se rendre à ce site. J’ai aussi lu qu’ils prévoient asphalter la route d’ici quelques années pour emmener les touristes au site.

Donc, nous partons pour San Ignacio l’avant-dernière ville avant le Guatemala. Nous avons trouvé un camping sur le bord de la rivière Mopan.

z.jpg

Mais, nous ne pouvons pas nous baigner, comme nous sommes dans la saison des pluies la rivière a plus de courant qu’en saison sèche et c’est plus dangereux de se baigner.

za.jpg

Nous finissons la journée à l’intérieur de notre maison, car nous nous sommes fait arroser. Tout un orage. Le positif, c’est que ça a fait baisser la température.

 

Samedi 13 octobre 2018

Il a plu une bonne partie de la nuit et ça fait drôle de dire ça, nous avons eu froid un peu cette nuit. Nous avons décidé de passer deux nuits à San Jose Succotz. Ça va nous donner une journée pour relaxer sans faire de route. C’est la journée à rien faire, ça en prend une de temps en temps. Donc, je finis le résumé de la semaine en regardant l’eau couler dans la rivière Mopan.

zb.jpg

Demain, nous partons vers une autre culture et plein de nouvelles choses à découvrir au Guatemala.

Bonne semaine.

 


Vous êtes plus du type visuel? Nous avons créé une carte pour montrer notre chemin parcouru depuis le départ. Allez y jeter un coup d’œil!


Ne manquez rien de nos aventures!

Cliquez ici pour recevoir nos articles dès qu’ils sont écrits!


 

Catégories :Belize

1 réponse »

  1. C’est vraiment passionnant de vous suivre 😉 et en plus la franchise de vos commentaire sont tres intéressant et constructif.(Mouche ,Pluie,Chaleur .Froid ,Humidité,vos arrets les douanes,on apprend énormément ,bref il ne manque que le kilometrage qui serait un gros plus tres apprécié.
    Un gros merci encore une fois de nous partager tout cela.
    Jacques

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s