États-Unis

Semaine 6 – Bienvenido a Mexico!

Dimanche et lundi 5 et 6 août 2018

Nous commençons la semaine comme nous l’avons fini. Nous sommes assez relax sur la plage de la Pointe Mugu en Californie à plus ou moins 350 kilomètres du Mexique. Mais, avec plein de questionnement sur comment passer les douanes du Mexique avec un véhicule récréatif. Quel genre d’assurance ? Est-ce obligatoire ? A-t-on des frais de dédouanement ? Doit-on les payer avant ? Plein de questions que nous devons répondre avant notre départ. Et aussi, il y a un peu la peur de la nouveauté, première fois que nous passons ces douanes.

Nous profitons de nos journées quand même, il fait chaud et beau. L’eau est froide, mais elle rafraichit. Dimanche le ciel est brumeux, donc nous décidons de faire la «Ray Miller Hicking Trail» de l’autre côté de la route 1. Le parcours est assez facile, c’est une belle montée de près de 300 mètres sur 4 kilomètres.

1.jpg

De plus, le parcours sillonne les monts et nous laisse à l’occasion voir l’océan. Non, nous laisse entendre l’océan, car la brume ne s’est pas dissipée.

2.jpg

Arrivée presque au sommet nous sortons de la brume et c’est magnifique, nous sommes au-dessus des nuages.

3.jpg

Nous sommes un peu déçus de ne pas avoir la vue de l’océan, mais par contre ça en valait la peine. Nous descendons, encore là, au travers les nuages et à notre arrivée en bas la brume se dissipe et nous pouvons profiter du soleil à plein.

Lundi en nous levant le ciel est clair, pourquoi ne pas tenter une prise deux pour l’ascension de la «trail». Encore une fois, en montant la brume nous envahi et nous nous disons, au moins nous aurons fait notre exercice si nous ne pouvons pas voir le paysage d’en haut. Eh oui, nous avons été récompensés et nous avons pu admirer le paysage, c’était majestueux !!!

À vous d’en juger.

4.jpg

Nous avons aperçu la Luna y Sol du sommet !!!

5a.jpg

Entretemps, nous avons réglé la question des assurances et je peux vous dire que c’est vraiment cher. Mais bon, ça fait partie du voyage et si nous voulons continuer, il faut ce qu’il faut. Nous devrons être capables de la récupérer dans le budget que nous nous étions fixé. Maintenant, il nous reste à passer la douane mexicaine. Nous devrons y être demain.

 

Mardi 7 août 2018

Ce matin en déjeunant, nous décidons de réserver un hôtel au sud de San Diego, car nous craignons d’arriver trop tard à la douane du Mexique et nous ne voulons pas voyager de nuit au Mexique. Donc, nous partons pour environ 350 kilomètres. Comme nous avons passé les villes de Los Angeles et San Diego, nous sommes restés pris dans le trafic une bonne partie de la journée et nous sommes arrivés à l’hôtel vers 17h30. Nous étions contents de notre choix. Demain, nous faisons le grand saut pour le Mexique.

6.jpg

En route, nous avons pu apercevoir à l’est de l’autoroute et à sud de Los Angeles la fumée des feux de forêt. C’était vraiment grand comme nuage noir, j’imagine l’ampleur des feux.

Je m’aperçois que je n’aime pas les grandes villes, beaucoup trop de monde, pas de place pour nous stationner et les personnes sont impatientes. Je suis plus heureux sur le bord de l’océan à regarder au loin en espérant voir sauter un poisson ou peut-être une baleine.

7.jpg

8.jpg

Mercredi 8 août 2018

À notre réveil, nous partons courir quelques kilomètres, question de baisser le stress du passage à la douane. Après la course, nous prenons un café et un muffin au garage, car nous pensons que nous aurons à attendre un bout de temps avant de pouvoir traverser du côté du Mexique. C’est parti, nous suivons la route et les indications, il n’y a personne. Nous arrivons à un endroit où nous sommes pris en photo et comme lorsque nous arrivons en avions au Mexique, il y a une lumière rouge et verte qui allume. Si elle est verte c’est correct tu peux passer et si elle est rouge tu dois t’arrêter. Nous gagnons le jack pot, nous avons la lumière rouge. Je me dis que tout est correct que nous saurons comment faire et où nous devrons passer pour avoir tous les papiers nécessaires. La douanière me demande d’ouvrir les portes arrières de la Luna y Sol. Ce que je fais, elle inspecte un peu sous les matelas, me demande où je m’en vais, je lui dis en Amérique du Sud et me dit que tout est correct. Je m’assure que j’ai bien compris en lui répétant, je peux partir et elle me répond oui. Nous avions passé les douanes mexicaines en moins de 30 minutes. Nous nous regardons en nous disant que ça ne se peut pas, tout le monde nous avait dit qu’il y avait tout un processus pour passer.

Mais bon, nous continuons notre route vers le sud.

9.jpg

En ayant toujours en tête que ça ne se pouvait pas que le passage ait été si facile. Nous n’avions pas de visas de tourisme et pas de permis provisoire d’importation de véhicules.

Entretemps, l’entrée au Mexique est très déstabilisante. Premièrement, le fameux mur entre les deux pays c’est vraiment impressionnant.

a.jpg

Ensuite, dans la ville de Tijuana, nous apercevons des bidons villes et c’est très sales.

b.jpg

L’autoroute par contre, roule très bien et il n’y a pas trop de trafic. Peut-être parce que c’est payant.

c.jpg

Nous arrêtons faire une épicerie Rosarito et nous acheter un forfait internet. Pour finalement, trouver un camping sur le bord de l’océan à La Mission. Chaque étape de notre périple nous amène des surprises, à notre sortie du Canada lorsque nous avons couché à Niagara Falls, il y avait un feu d’artifice pour signifier notre départ du Canada et à notre arrivée au Mexique au camping, nous avons eu droit à tout un spectacle de dauphins en face du site où nous sommes.

Mais, nous ne trouvons pas normal que nous n’ayons pas ces papiers.

Nous demandons sur Facebook si dernièrement quelqu’un avait passé, peut-être les lois ont changé dernièrement… Tout le monde nous dit que nous devons avoir ces papiers si nous traversons le pays sinon nous aurons des problèmes à la prochaine douane.

Nous finissons la journée avec un magnifique coucher de soleil et comme on dit la nuit porte conseil, nous dormons là-dessus.

d.jpg

Jeudi 9 août 2018

En se levant, nous décidons de retourner aux douanes pour régulariser notre statut et éviter ainsi beaucoup de tracas pour les jours à venir. Et surtout, nous ne sommes qu’à 50 minutes de celle-ci. Nous partons de tôt pour faire la route à l’envers. Rendus à Tijuana, nous devons sortir du pays pour ensuite entrer de nouveau. C’est là que le plaisir commence. Quand nous arrivons aux douanes américaines, il est 10 heures et il y a des voitures à perte de vue, nous nous disons que nous ne passerons jamais. Mais, il y a plusieurs guichets et ça passe quand même bien. Ne vous trompez pas de guichet !!! Nous avons pris une rangée où il était écrit «SENTRY». La douanière nous dit que nous devons fournir les papiers d’immigration, car il pourrait y avoir des amendes de 500$ pour chaque personne à bord du véhicule et une amende pour le véhicule dont elle ne nous a pas dit le montant. Ça part bien. J’ai beau lui dire que je me suis trompé et que j’étais entrée au Mexique hier sans demander les documents, elle avait l’air à ne pas me comprendre. Elle me demande d’ouvrir les portes arrière, je descends et m’apprête à ouvrir les portes quand un autre douanier arrive et la douanière lui explique ce que je lui ai dit et ce dernier semble lui dire que je suis un autre touriste qui s’est trompé en ayant un sourire en coin. Elle décide de ne pas me faire ouvrir les portes, mais me dit que je devrai passer à la fouille.

Rendu à l’endroit de la fouille, je répète mon histoire au douanier qui lui semble trouver mon histoire drôle. Je ne dois pas être le premier à qui ça arrive. Il part avec nos passeports, revient après quelques minutes, va voir les deux autres douaniers de notre rangée et ils se mettent à rire. «Nous avons supposé qu’ils trouvaient drôle que nous nous retrouvions là». Ils reviennent à deux et nous demandent de sortir du véhicule parce qu’ils doivent le fouiller. Après l’avoir fouillé, l’un d’eux nous dit qu’il va envoyer une personne pour les aliments, car nous avions des aliments que nous ne pouvions pas traverser d’un pays à l’autre. La douanière a fait un beau ménage dans le réfrigérateur. Toute l’épicerie que nous avions faite hier s’est retrouvée à la poubelle. Mais bon, il faut rester zen et garder le sourire. Après 1 heure, nous réussissons à traverser aux É.-U..

Bienvenido a Mexico.

e.jpg

Nous recommençons notre chemin vers le Mexique, mais là, nous poserons des questions. Nous repassons à la photographie et nous gagnons encore le jack pot. Nous nous tassons et le douanier nous donne une carte pour passer au scanneur. Je lui demande où est «la officina de visas» et me dit après le scanner. Nous montons le véhicule sur une plateforme et un immense scanneur passe au-dessus pour voir ce que nous avons à l’intérieur. Tout est correct pour cette étape. Je demande de nouveau où se trouve «la officina de visas» et la personne m’indique de me stationner à côté d’entrer dans le bâtiment de l’immigration du Mexique. Là commence la maison des fous comme dans les douze travaux d’Astérix. En entrant, une personne nous demande ce que nous voulons. Nous lui disons que nous voulons un visa de touriste pour le Mexique. Elle nous remet des cartes comme celles qui nous remettent quand nous arrivons en avion. Nous les remplissons et retournons la voir au guichet. Elle remplit la partie administrative et nous dit de nous rendre au guichet de la Banjercito. Là, la personne nous fait payer pour les visas et je lui demande si c’est ici pour le permis provisoire d’importation de véhicules et me réponds que oui. Je lui demande, je peux le faire tout de suite et elle me dit, tu dois avoir ton visa estampé. Nous retournons faire estamper nos visas au premier guichet et par la suite retournons au guichet de la Banjercito. La personne, avec un air de je-m’en-foutiste, me dit que je dois avoir une photocopie de chacun des documents soit : permis de conduire, enregistrement du camion, visa estampillé et passeport du propriétaire du véhicule. Je lui demande, pouvez-vous les photocopier ou de m’indiquer où puis-je les faire photocopier et elle me répond qu’il n’y a aucun photocopieur à l’intérieur de cette bâtisse.

Ça ne se peut pas, je ne retournerai pas faire des photocopies, pour ensuite refaire le chemin contraire soit passer la douane des É.-U. et revenir au Mexique de nouveau. Dans des situations comme ça, nous découvrons nos forces et Nathalie sait trouver les miennes. Nous commençons à regarder les guichets alentour pour nous apercevoir qu’il y avait un endroit où nous voyions un photocopieur. Nathalie me dit va lui demander s’il pourrait imprimer les documents. Facile à dire, mais comment je demande ça en espagnol, pourriez-vous imprimer mes documents. Je finis par trouver avec l’aide du traducteur de Google. Le monsieur est super gentil et imprime les documents.

Je retourne au guichet de la Banjercito avec un sourire aux lèvres et je présente les documents à la fille et j’espère juste qu’elle ne me dise pas qu’il manque encore quelque chose. Tout est complet, elle remplit le permis provisoire d’immigration de véhicule et m’explique la procédure lorsque je sortirai au Guatemala. Elle avait changé d’air et était plus gentille. Après le paiement et les explications, elle s’excuse pour les photocopies.

f.jpg

12h30, nous voilà de nouveau au Mexique, mais cette fois-ci nous sommes légaux. Nous sommes retournés au même camping que la veille à 50 minutes de Tijuana et prendre une bonne bière bien méritée.

g.jpg

Vendredi 10 août 2018

Ce matin, nous continuons notre route vers le sud. Nous passons la ville de Ensanada en direction de la ville de Bufodura. Ensanada, semble être une ville portuaire, nous avons croisé un port maritime où transigent des milliers de conteneurs.

h.jpg

De plus, quand nous arrivons dans les grandes villes nous rencontrons tous les commerces et restaurants que nous avons chez nous, McDo, Burger King, Walmart, Home Depot, etc., pas trop de dépaysement. C’est à l’extérieur des grands centres que nous sommes dépaysés.

i.jpg

Le Mexique est beaucoup plus exotique que les É.-U.. Dans tous les sens, vous devriez voir les toilettes et les douches, les Mexicains n’ont pas les mêmes exigences pour ce qui est de la salubrité !!! Vous en parlerez à Nathalie.

Nous avons trouvé un camping pas cher où nous resterons jusqu’à dimanche. Peut-être plus prudent de rester à la même place la fin de semaine, car les Mexicains sortent de leurs bidons villes pour se rendre sur les plages du Mexique. Sur le côté de la plage, tout est complet, nous nous installons sur l’autre côté de la route dans un grand stationnement qui sert de débordement lorsque le camping est plein. À notre arrivée, il était vide et nous nous sommes dit que nous serons bien. Plus la journée avance, plus le terrain se remplit.

 

Samedi 11 août 2018

Ce matin au réveil, nous étions envahis par les tentes, il y en avait tout le tour de la Luna y Sol.

j.jpg

Nous avions cru cette nuit entendre des gens monter des tentes, mais nous n’en étions pas sûr. Eh bien oui !!! La nuit a été productive. Les personnes sont gentilles, mais lorsque nous leur disons que nous sommes français et que nous ne parlons pas beaucoup espagnol, ils nous parlent en anglais. Pas évident pour pratiquer la langue. En descendant vers le sud nous nous éloignerons des États-Unis et les gens vont parler juste l’espagnol, en tout cas nous l’espérons. Mais c’est quand même un bel endroit.

k.jpg

l.jpg

Cette semaine, nous continuons la route vers La Paz où nous passerons sur le continent à Mazatlan. Nous serons de plus en plus à l’aise avec la langue ce qui nous facilitera les choses.

Bonne semaine!

 


Vous êtes plus du type visuel? Nous avons créé une carte pour montrer notre chemin parcouru depuis le départ. Allez y jeter un coup d’œil!


Ne manquez rien de nos aventures!

Cliquez ici pour recevoir nos articles dès qu’ils sont écrits!


Catégories :États-Unis, Mexique

2 réponses »

  1. Le passage aux douanes sera , plus ou moins , toujours similaire dans leurs étapes.
    Vous aurez même des « guides » qui voudront vous aider à quitter le pays de provenance et leurs copains , dans le pays de destination, qui eux aussi voudront vous guider dans les étapes à suivre ; à prix modique , bien sûr!
    Bon voyage et bonne chance

    J'aime

  2. Nous avons vécu 15 ans au Mexique et c’est notre pays d’adoption. Si vous avez de la patience et le sourire, vous découvrirez que c’est un pays splendide et que les gens y sont d’une gentillesse inépuisable… Bien sûr l’entrée par les US vous donne l’impression des bidonvilles mais c’est loin d’être le cas, le pays n’est pas dangereux et si vous passez par Guanajuato, San Miguel de Allende, Morelia, Patzcuarro, le chiapas, Oaxaca ou le Yucatan, vous y verrez les plus belles villes et plages du monde! Bon voyage. Eric & Virginie

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s